COMMUNIQUÉ – L’École des entrepreneurs du Québec prend soin de la santé mentale et du bien-être des entrepreneures - Campus de l'Outaouais

COMMUNIQUÉ – L’École des entrepreneurs du Québec prend soin de la santé mentale et du bien-être des entrepreneures

Montréal, 24 février 2020 – L’École des entrepreneurs du Québec (ÉEQ) est fière d’annoncer un nouveau partenariat en soutien à la santé mentale et au bien-être des femmes entrepreneures. Le programme d’aide aux entrepreneures (PAE) permettra la prise en charge rapide d’entrepreneures vivant des situations difficiles par l’accès direct et gratuit à des professionnels outillés.

 

Ce programme est offert dans le cadre du projet de Soutien aux femmes entrepreneures de l’ÉEQ, dont les parcours ont formé plus de 800 femmes entrepreneures partout au Québec dans la dernière année.

 

« Bien avant la pandémie, il était démontré que la charge mentale des femmes entrepreneures représentait un frein pour la croissance de leur PME[1].  La pandémie actuelle a grandement alourdi cette charge, menaçant l’équilibre de beaucoup de femmes entrepreneures. Nous voulons leur offrir le meilleur soutien possible. », de commenter Stéphanie Bergot, directrice de ce projet de soutien à l’entrepreneuriat féminin à l’ÉEQ.

 

L’École des entrepreneurs du Québec s’est associée avec PB Dimension RH, dont le siège social est situé au Bas-Saint-Laurent, pour offrir le Programme d’aide aux entrepreneures, une version adaptée d’un programme d’aide à la base réservé pour les employés et cadres d’entreprises. Avec ce programme, les femmes entrepreneures pourront avoir recours, via le Web ou par téléphone, à différents professionnels de la santé mentale pour une prise en charge dans un délai de 48 heures.

 

 

 

Autres initiatives mise sur pied

Depuis quelques années, l’ÉEQ développe des outils en soutien au bien-être et à la santé mentale des entrepreneurs partout au Québec. « L’entrepreneuriat est en soi un sport exigeant. Les derniers mois ont amené des embûches supplémentaires aux PME, avec comme conséquence, un stress accru sur leur propriétaire. L’École fait un travail de proximité auprès des entrepreneurs ; elle a à cœur, au-delà de leur chiffre d’affaires, leur bien-être. Nos équipes se sont mobilisées en ce sens dans la dernière année. », de dire Tracey Ann Powers, directrice générale adjointe à l’ÉEQ.

 

Dès les débuts de la crise sanitaire en mars dernier, l’ÉEQ instaurait des cliniques de discussion en ligne gratuites, lors desquelles les entrepreneurs ont échangé des solutions sur des enjeux provoqués par la pandémie :  planification du commerce de détail, télétravail, gestion du stress, conciliation travail-famille, etc.

 

En janvier dernier, alors que la fermeture des commerces se prolongeait au Québec, l’ÉEQ proposait également le Calendrier de l’Après, un condensé de contenu et d’événements articulés autour du bien-être de l’entrepreneur et de ses multiples facettes : santé physique, santé financière, gestion du stress et de l’anxiété, tabous sur la santé mentale en entrepreneuriat.

 

L’ÉEQ a également contribué à la vaste recherche menée par l’Université du Québec à Trois-Rivières et l’Université Laval intitulée Les conséquences de la pandémie COVID-19 sur la gestion et la santé psychologique des entrepreneurs(es).

 

Plus récemment, les sessions régulières de réseautage en ligne gratuites offertes par l’ÉEQ servent également de lieu d’échange pour briser l’isolement souvent ressenti par les entrepreneurs en cette période particulière.

 

« En plus des nouveaux outils et parcours de formation que nous mettons sur pied, l’École et son réseau de Campus donne accès à une vaste communauté de pratique. Elle sert de lieu de partage entre pairs sur les défis quotidiens que posent la posture de l’entrepreneur. C’est grâce à nos nombreux partenaires et à notre agilité que nous joignons un nombre sans cesse grandissant d’entrepreneurs. », d’ajouter Tracey Ann Powers.

 

Pour plus d’infos sur le projet de Soutien aux femmes entrepreneures, cliquez ici.

 

[1] Article, Le Nouvelliste, 2018 La « charge mentale » freine la croissance : https://www.lenouvelliste.ca/affaires/la-charge-mentale-freine-la-croissance-c95c0397fba6845ea5c811cb361de6a9

 

-30-

 

Renseignement :  

 

Amélie Nappert
Gestionnaire de contenu
+1-438-889-9675
amelie.nappert@eequebec.com